Sud-Kivu/Shabunda: les maladies dans la zone de santé de Mulungu courent un grand risque

Par Isaka Kijana

La société civile sous noyau de Mulungu alertent les autorités provinciales sur le manque des médicament dans la zone de santé de Mulungu, en territoire de Shabunda, en province du Sud-Kivu.

Shadrak Muganza, président de cette structure citoyenne l’a dit lors d’un entretien accordé à un reporter de Actucongo.net basé à Shabunda. Notre source fait savoir que, la situation sanitaire dans cette Zone de santé est alarmante, par la main pour la prise en charge des médicaments dans 8 structure sanitaire dans le six ans dernier. Mr Shadrak Muganza indique que cette situation est observée dans le 8 structures sanitaires que compte la zone de Santé de Mulungu, et, est à la base de la paludisme qui aussi s’est fait invitée dans cette partie du territoire de Shabunda.

Parmi les structures touchées, il s’agit entre autres, la société civile de Mulungu, le centre hospitalier de Mulungu, centre de santé de Kamulila, Kulula, Chelamazi, Mulumba, Myanzi et celle de Kalaga .

Shandrak Muganza, indique que cette situation remonte depuis 2015, soit 6 ans maintenant et pour conséquence, la résistance des plusieurs maladies. Une information confirmée par le médecin chef de zone de Mulungu Pacifique Kampimbu, qui précise que cette situation est général dans toutes les structures sanitaires notamment de Kigulube au bureau central de la zone de santé. Celui-ci souligne que, le peu de médicament qu’il reçoit est distribué dans toutes les structures, mais ne suffit pas, car cette Zone de santé n’a pas des partenaires.

Toutefois, le médecin chef de zone de Mulungu renseigne que pour essayer de pallier à ces problèmes, la zone de santé de Mulungu vient de signer un protocole d’accord avec l’ONG caritas Kasongo pour la prise en charge de cas de la Mal nutrition dans toutes ces structures sanitaires, d’abord pour une durée de 7 mois.

Ainsi donc, la société civile de Mulungu, lance un cris d’alarme aux autorités provinciales que nationales, aux personnes de bonne volontés et aux différents partenaires d’appuyer la prise en charge de médicaments pour cette population qui actuellement est en danger.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.