Tribune de Me Assani Longhe : Reprise des activités après la declaration de la fin de l’Etat d’urgence sanitaire en RDC, points de vigilance

Au regard de la pandémie actuelle, l’état congolais et la population vivent une situation inédite. Mais petit à petit l’activité reprend progressivement, après l’annonce de la fin de l’état d’urgence sanitaire par le Chef de l’État, le mardi 21 juillet 2020. Les conditions de reprise, l’évaluation des risques, les garanties en matière de santé et de sécurité, ou encore la situation financière et sociale des congolais à court et moyen terme sont autant de points de vigilance sur les quels nous devons nous employer à être force de proposition.

Cette levée de l’état d’urgence est une belle occasion qui permettra à la société de s’exprimer pour relever le defis. L’heure est au bilan et à la redevabilité ou dorénavant le confinement servira de leçon. Désormais la société a vite compris que n’importe quoi peut déstabiliser le cours normal de la vie. L’interdépendance est un facteur incontournable qui a accompagné l’humanité depuis la nuit de temps.

Le confinement de plus de trois mois a affecté négativement le tissus social, avec un état pervers ou la rentrée scolaire se fera avec moins d’élèves filles puisqu’elles ont été engrossé pendant le confinement ou dorénavant l’honneur et le prestige de beaucoup de parents sont en baisse suite à leur faible prise en charge dans les familles.

Les contacts physiques pour l’amélioration des affaires seront au rendez-vous ou les méprises retrouveront leur force, le social sera en premier lieu la clef en inspiration de toute une vie.

Les parents vont se battre pour apurer la prime des enseignants, les factures des soins, les dettes contractées dans divers domaines. Certes, le confinement avec la covid-19 met à genou non seulement les parents mais aussi les femmes professionnelles de sexe. A la fermeture des bars et casinos pendant le cours légal de l’état d’urgence sanitaire, les femmes libres ont vu leur secteur être chamboulé, car beaucoup d’hommes ont limité leur fréquentation de cette société des jouisseurs faute des moyens. Quant cela ne tienne, ces dernières ont désormais des petits étalages ou elles vendent des biens en condiments comme en denrées. D’autres par contre, le commerce ambulatoire à la sauvette. L’heure est grave. Bien que nous ne disposons pas d’un pouvoir coercitif sur la direction d’une nation, notre mission est d’assurer une expression permettant la prise en compte des intérêts généraux du peuple congolais.

A ce titre, nous appelons notre gouvernement congolais de se mettre pour trouver une panacée sur les questions intéressant l’organisation, la gestion et la vie quotidienne des citoyens, notamment par le truchement de mesures de nature à affecter la modification de son organisation économique ou juridique, voire sociale, les conditions d’emploi, de travail avec un aménagement important modifiant les conditions de santé et de sécurité en particulier de tous les citoyens congolais.

Par Me Assani Longhe à Goma/Actucongo. net

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.