Kasaï-oriental : dans la suite du Chef de l’État, la Ministre des mines, Antoinette N’Samba Kalambayi aux installations de la Miba !

Par Andy Mbengay

Parmi les préoccupations du Kasaï-Oriental, l’on note, la problématique de la relance de la Miba qui depuis plusieurs années, connaît des sérieuses difficultés.

En effet, la Ministre Antoinette N’Samba Kalambayi accompagne le Président de la République depuis, le 30 décembre 2021 afin de s’enquérir des maux qui bloquent le démarrage effectif de cette entreprise minière.
Sur place, le Chef de l’État a présidé une réunion dans la salle de la Direction Générale de la Miba.

Le Directeur général ai, Paul Lukusa a dévoilé son exposé sur l’état des lieux de la Miba jusqu’à ces jours ainsi, il a en outre présenté, les efforts entrepris pour pouvoir relever cette société qui d’autre fois faisait la fierté de la province. Après l’exposé du DG ai Paul Lukusa, il s’en est suivi une série des questions et réponses.

Selon le Conseiller principal du Chef de l’État en matière des mines, le vrai problème ne réside pas au niveau des efforts fournis par cette entreprise étatique depuis sa reprise pour relever ses filiales, Nrk (pour l’énergie) biofarco ( pour des solutions injectables), mais plutôt dans son volet social. C’est ainsi qu’il faudrait travailler dans le cadre de son objet social, la recherche, l’exploitation et la commercialisation des diamants.

Et d’ajouter,

 » le problème qui a fait que cette entreprise ne puisse décoller, c’est la mégestion « .

Il a déploré le fait que le DG s’est défendu sans donner les chiffres des statistiques depuis qu’il a repris au mois d’octobre 2020, et de décrire, qu’ il a démontré simplement que la production n’est pas assez significative.

À leur tour les syndicalistes ont évoqué le problème de la paix sociale, qu’il faudra poursuivre davantage. Les retraités ont quant à eux épinglé sur la problématique liée à la dette interne et aussi du personnel actif et passif. Séance tenante, le conseiller du Chef de l’État a proposé qu’il fallait négocier pour trouver des solutions idoines et envisager la session des maisons par laquelle les retraités occupent d’autant plus que la loi ne l’autorise.

La deuxième partie de l’occupation de la journée de Madame la Ministre des mines était la visite de la division provinciale des mines du Kasaï-Oriental, une première pour cette structure d’accueillir la Ministre de tutelle, visiblement la joie était à son comble.

En effet, dans cette administration, la patronne des mines a voulu palper la situation dans laquelle évolue cette grande division provinciale.

Selon le Chef de division Monsieur Modeste Gombo, joint au téléphone, la Ministre avait accordé un entretien fructueux avec les agents qui tenaient mordicus lui faire parvenir les désidératas.

Prenant la parole, le Chef de Division a brossé l’état des lieux de sa division en précisant que le travail qui se fait pour l’encadrement de l’artisanat minier du contrôle des activités minières dans la province est la surveillance de la chaîne de production de la Mines de Bakwanga (Miba) et de la Société d’Anhui Congo Investissement Mining, Sacim en sigle.

Poursuivant son speach, le Chef de Division Modeste Gombo révèle que, son secteur oeuvre dans mobilisation des recettes en province et pour l’administration publique. Il a par la suite présenté, les difficultés rencontrées entre autres: le manque de bâtiment
propre à la division. Étant locataire, l’administration accuse des mois d’impaiement de loyer, le manque de matériel roulant, notamment de véhicules et de motos.

Abordant le sujet lié à l’effectif du personnel, l’homme précise qu’il y a réduction, car plusieurs agents sont nouvellement en possession des numéros matricules, ils attendent leur affectation de Kinshasa. Sur un total de 54, il n’y a que 16 qui sont mécanisés et payés.

La Ministre des mines s’est montrée très réceptive au desiderata,
elle leur a demandé de faire parvenir un rapport et une note technique explicative en démontrant toutes les difficultés rencontrées en vue de trouver des solutions. Par ailleurs, l’enseignante du Code et règlement miniers a promis de s’atteler sur la question.

Tout en confirmant que dans le jours avenirs (Janvier prochain) qu’elle va revenir dans le cadre de son itinérance dans le Kasaï afin de peaufiner les stratégies sur certaines questions et suivre de près, le problème majeur qui gaite la Miba.

Pour Mr Modeste Gombo, la division espère dans un bref délai trouver des solutions aux problèmes posés à la Ministre.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.